Dragon Ball

Dragon Ball, c’est la vie !

Pour ce premier article, je vais parler de ma Bible, Dragon Ball d’Akira Toriyama. Classique parmi les classiques, je pense que tout le monde connait plus ou moins donc une présentation détaillée ne sera pas nécessaire.

Dragon Ball raconte les Aventures d’un jeune garçon possédant une grande force et une queue de singe, puis bagarre, bagarre, bagarre et bagarre. Tout au long du manga de 42 tomes, on verra grandir le héros, se faire des amis, des ennemis, fonder une famille, mourir, mourir et encore et toujours combattre.

Pour ma part, c’est sans doute ma BD préférée, je la relis régulièrement, il m’arrive de prendre un tome au hasard, et une fois ce tome fini, d’enchaîner tous les suivants.

La force de ce manga, c’est le dynamisme du dessin, le découpage et la mise en scène. Il y a d’autres atouts, l’humour énormément présent au début et à la fin du manga, la tension, le suspense et un peu de drame.

Le manga est découpé en plusieurs arcs, tous denses mais au final assez courts en terme de chapitre, ce qui est à contre-courant des productions récentes comme Naruto et One Pièce avec des arcs interminables.

Le manga ne se prend pas la tête, c’est du divertissement, du shonen, du combat, de l’amitié, des tournois. Le héros peut sembler complètement stéréotypé de nos jours, le gentil débile au cœur pur, mais le manga a eu un tel succès qu’il a influencé grand nombre de mangakas de la fin des années 90 et rendu populaire ce genre de héros.

Je serai incapable de dire réellement pourquoi j’adore ce manga, les personnages, les intrigues, la tension des combats, l’humour, c’est un tout. Peut-être qu’il y a un effet nostalgie mais pas seulement, car il a encore beaucoup de succès auprès des enfants qui le découvre. Je me rappelle encore la claque la première fois que je l’ai lu, c’est un manga universel qui sait parler aux gens (sans doute plus particulièrement aux enfants).

Mon arc préféré est sans doute celui de Buu, il traîne un peu en longueur, mais je trouve que c’est un peu l’arc bestof. Et puis on a le retour de l’humour, et c’est clairement génialement débile.

Certains arcs m’ont vraiment marqué, l’entrainement de Goku avec Tortue Géniale, la mort de Krilin, la montée en puissance du vieux Piccolo, l’éradication des héros à l’arrivée des Saiyens, Freezer, les transformations en Super Saiyen etc…

Les arcs que j’aime le moins, ce sont le premier tournois quand Goku est adulte et l’arc Cell. Je trouve l’arc Cell vraiment faible niveau histoire, mal construit. Il me semble avoir lu dans une interview que cet arc avait été complètement réécrit pendant la parution suite à la demande de l’éditeur, et c’est pour ça qu’on a des soucis avec le nom des Cyborgs au début de l’arc (justifier par Trunks qui dit : « en fait, ils sont différents car j’ai remonté le temps »). Avis à tempérer car il y a quand même l’arrivée de Trunks et la transformation en SSJ2, 2 grands moments de ce manga.

Bizarrement, je n’étais pas super fan de l’adaptation animée, trop lente, trop de fillers moisis. Par contre, les musiques sont exceptionnelles, elles collent parfaitement au manga et subliment certains passages cultes, et parfois je me regarde certains extraits (la transfo ssj2 !!!) rien que pour la musique.

Voilà, je conseille donc ce monument de la littérature à tous, surtout à ceux qui ont des aprioris du style « c’est nul DBZ c’est que des combats débiles » ou « c’était mieux quand Goku était petit ». Il faut lire le manga entièrement pour voir la richesse de l’œuvre.

D’ailleurs, je vous conseille la chaine Youtube du Chef Otaku, il a fait de très bonnes analyses sur ce manga, ça vaut le coup d’œil.

Vous pouvez commander Dragon Ball Perfect Edition sur

Laisser un commentaire

Fermer le menu